Calendrier des crimes impunis en RDC : Incident du 14 Mai 2002

Le 14 mai 2002, plusieurs civils non-identifiés, répondant à l’appel des mutins de l’ANC, ont tué au moins six personnes. Les victimes étaient des Rwandais, des personnes d’origine rwandaise et des personnes leur ressemblant707.

Province Orientale

Actuelle(s) province(s) :
Bas-Uele Haut-Uele Ituri Tshopo

Contexte dans lequel s'est déroulé l'incident

La marque bleue indique le paragraphe de référence dans le Rapport Mapping

398. De janvier 2001 à juin 2003, en dépit d’une accélération des négociations de paix, la situation des populations de la province Orientale ne s’est pas améliorée. Dans la zone sous contrôle du RCD-Goma (ville de Kisangani, territoires d’Ubundu, d’Opala, d’Isangi et de Yahuma), les militaires de l’ANC/APR ont continué à commettre des exactions et à faire un usage disproportionné de la force à l’encontre des civils.

399. En juin 2001, l’ANC/APR a lancé une opération punitive contre les groupes Mayi-Mayi opérant dans la zone diamantifère de Masimango, au sud du territoire d’Ubundu.

400. En avril 2002, Joseph Kabila et Jean-Pierre Bemba ont signé un accord de partage du pouvoir. Ce texte ayant cependant été rejeté par le RCD-Goma et par le principal parti d’opposition, l’UDPS, les négociations dans le cadre du Dialogue intercongolais se sont enlisées. Le 14 mai 2002 à Kisangani, un groupe de militaires et de policiers sans dirigeant identifié ont appelé les forces de sécurité du RCD-Goma à se mutiner. Ils ont également incité la population à tuer les Rwandais présents en ville.

401. Au cours de la journée, les militaires de l’ANC/APR ont reçu des renforts en provenance de Goma et repris le contrôle de la ville.

402. Au cours de la période considérée, le district du Bas-Uélé est resté sous le contrôle des militaires de l’ALC/UPDF. Ces derniers ont commis de graves violations à l’encontre de tous ceux qui osaient contester leur autorité ou dénoncer leur implication dans le pillage des ressources naturelles de la région.

403. Entre 2001 et 2003, les troupes de l’ALC, l’armée du MLC, et les quelques militaires du RCD-National de Roger Lumbala710 ont affronté à plusieurs reprises les éléments de l’APC, l’armée du RCD-ML, pour le contrôle du district du Haut-Uélé. Au cours de la période considérée, la ville d’Isiro est passée successivement aux mains de l’un et de l’autre camp. En octobre 2002, face à l’avancée de l’APC, l’ALC a envoyé à Isiro des renforts en provenance de l’Équateur dans le cadre de l’opération « Effacer le tableau ». Cette opération visait à détruire définitivement l'APC de façon à priver le Gouvernement de Kinshasa de son allié, le RCD-ML, à l'est du Congo et à mettre la main sur les ressources naturelles encore sous contrôle du RCD-ML avant que ne débute la période de transition. L'UPC, qui cherchait elle aussi à écraser l'APC, s'est jointe à l'opération. Les éléments de l’opération « Effacer le tableau » ont monté une embuscade contre l’APC au niveau du village de Madesi.

 

710 Le RCD-National est un petit mouvement politico-militaire apparu en 2001 et présent militairement dans les régions d’Isiro et de Watsa. Dirigé par Roger Lubumla, longtemps Président du parti d’UDPS en France, ce mouvement s’était allié au MLC de Jean-Pierre Bemba et ne disposait sur le terrain que de peu de troupes en propre.

707 Entretiens avec l’Équipe Mapping, province Orientale, décembre 2008; Onzième rapport du Secrétaire général sur la MONUC (S/2002/6); Rapport de la Rapporteuse spéciale (E/CN.4/2003/3/Add.3); Ministère des droits humains de la RDC, « Livre blanc spécial sur les récurrentes violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire dans la ville de Kisangani », juin 2002; Groupe Justice et Libération, « Vraie ou fausse mutinerie de Kisangani et le massacre des populations civiles », juin 2002; ANMDH, « Kisangani – Les événements du 14 mai 2002 – Rapport sur le massacre de la population et le pillage des biens des paisibles citoyens », 30 mai 2002, Groupe Lotus, « Comprendre les événements du 14 mai 2002 et agir pour le respect des droits humains et une paix juste », juillet 2002; Synergie pour la paix (SYPA), Rapport d’enquête sur le massacre de Kisangani du 14 au 16 mai 2002, juin 2002; AI, « RDC: Il faut que justice soit rendue maintenant aux victimes des massacres de Kisangani », communiqué de presse du 12 juin 2002; AI, « RDC, Nos frères qui les aident à nous tuer, exploitation économique et atteintes aux droits humains dans l’est du pays », 2003; HRW, « Crimes de guerre à Kisangani: Identification des officiers impliqués », 20 août 2002.

Déroulé entre Janvier 2001 – juin 2003 quand on tend vers la transition