Calendrier des crimes impunis en RDC : Incident du 05 Mai 1997

Le 5 mai 1997, les éléments des FAZ/DSP/UNITA/ex-FAR et de l’AFDL/APR se sont affrontés à l’arme lourde dans le centre ville de Kenge, tuant au moins 65 personnes dont des enfants. Pendant la bataille, le personnel sanitaire n’a pas été dûment protégé et 10 membres de la Croix-Rouge qui tentaient de porter secours aux blessés ont été tués. Un nombre indéterminé d’EAFGA, envoyés en première ligne par les militaires de l’AFDL/APR, auraient été tués par les orgues de Staline utilisés par les FAZ. Les combats ont également fait au moins 126 blessés parmi la population civile441.

Bandundu

Actuelle(s) province(s) :
Kwilu Mai-Ndombe Kwango

Contexte dans lequel s'est déroulé l'incident

La marque bleue indique le paragraphe de référence dans le Rapport Mapping

298. En mai 1997, les deux villes principales de la province de Bandundu, Bandundu ville et Kikwit, sont tombées aux mains des troupes de l’AFDL/APR sans  résistance. Dans un ultime effort pour arrêter la progression de l’AFDL/APR vers Kinshasa, l’état-major zaïrois a envoyé à Kenge, à environ 200 kilomètres de Kinshasa, des FAZ, des troupes de la DSP ainsi que des éléments de l’UNITA438, des ex-FAR et des mercenaires de diverses nationalités439. À leur arrivée à proximité de Kenge, le 4 mai, ces troupes se sont fait passer pour des éléments de l’AFDL/APR afin de tester la loyauté de la population envers le régime du Président Mobutu. Impatients de voir arriver l’AFDL, certains habitants de Kenge avaient déjà détruit des symboles de l’autorité étatique, qui avait fui par peur de l’arrivée des rebelles, et préparé des banderoles de bienvenue à l’intention des soldats de l’Alliance.

À partir du 6 mai et au cours des jours suivants, des éléments des FAZ/DSP/UNITA/ex-FAR en fuite vers Kinshasa ont tué plusieurs dizaines de civils, commis des viols et des pillages et incendié plusieurs maisons situées au bord de la route entre Kenge et Kinshasa. Des fosses communes sont toujours indiquées, notamment dans les villages de Moyen-ville, Tiabakweno, Ndjili, Mbinda et Mbinda Nseke.Au total, la bataille de Kenge a fait plus de 200 morts et plus d’une centaine de blessés parmi les civils 443.

 

443 Entretiens avec l’Équipe Mapping, Bandundu, février 2009.

441 Entretiens avec l’Équipe Mapping, Bandundu, février 2009; LINELIT [Ligue nationale pour les élections libres et transparentes], « Jungle ou état de droit », 1997; Odon Bakumba « La bataille de Kenge », brochure réalisée à Kenge, sans date; Le Moniteur, « Toute la vérité sur les massacres de Kenge, 1997 », 9 mai 2005; HRW et FIDH, « Ce que Kabila dissimule: Massacres de civils et impunité au Congo », octobre 1997; CICR [Comité international de la Croix-Rouge], communiqué de presse n° 7, mai 1997; Zaire Watch News Briefs, 1er et 12 mai 1997; World Vision, « Zaïre Update», 8 mai 1997; Australian Broadcasting Corporation (ABC), « Fierce fighting continues », 9 mai 1997.

Déroulé entre Juillet 1996 – juillet 1998 lors de la première guerre et régime de l’Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo-Zaïre (AFDL)