Accueil > Contextes > Janvier 2001 – juin 2003 > Sud-Kivu

Comment est ce qu'il y a eu massacres entre Janvier 2001 – juin 2003 à (au) Sud-Kivu ?

La marque bleue indique le paragraphe de référence dans le Rapport Mapping

445. Au cours de la période considérée, le RCD-Goma, a cherché à se doter d’une base populaire au Sud-Kivu et à isoler davantage les FDLR en organisant, en septembre 2001, un dialogue interkivutien et en proposant aux groupes Mayi-Mayi locaux de signer une paix séparée. À l’exception du groupe Mudundu 40, les groupes Mayi-Mayi de la province, encouragés en ce sens par le Gouvernement de Kinshasa, ont cependant refusé de négocier avec le RCD-Goma. Quant au dialogue interkivutien, il a été boycotté par la plupart des organisations locales de la société civile.

446. Les combats entre l’ANC/APR et les groupes Mayi-Mayi appuyés par Kinshasa et collaborant avec les FDLR et les groupes armés hutu burundais (FDD812 et FNL813) se sont poursuivis sur le terrain jusqu’en 2003. À compter de 2002, les forces de l’ANC/APR/FRD ont été confrontées de surcroît à une véritable insurrection des Banyamulenge de la région de Minembwe à l’initiative d’un ancien commandant de l’ANC, Patrick Masunzu. Considérées par l’ANC/APR comme des « Mayi-Mayi tutsi », les Forces républicaines et fédéralistes (FRF) de Masunzu se sont alliées aux groupes Mayi-Mayi opérant dans les territoires de Mwenga, d’Uvira et de Fizi et ont défié l’ANC/APR/FRD avec l’appui du Gouvernement de Kinshasa.

447. À compter de septembre 2002, le retrait progressif de l’armée rwandaise, FRD, a permis aux Mayi-Mayi et aux FDLR de reprendre le contrôle de plusieurs villages et d’élargir leur zone d’influence au Sud-Kivu814. Face à cette situation, l’ANC et les FRD ont mené plusieurs offensives contre les groupes Mayi-Mayi locaux afin de reprendre le terrain perdu.

448. Vers la fin de 2002, les responsables du RCD-Goma ont entamé des négociations avec une aile politique du mouvement Mayi-Mayi Mudundu 40 dirigée par Odilon Kurhenga Muzimu et Patient Mwendanga. Ces négociations avaient pour but d’achever le retrait des militaires des FRD du territoire de Walungu en échange de la collaboration de l’aile politique de Mudundu 40 afin d’anéantir l'aile militaire du mouvement dirigée par le commandant Kahasha (Foka Mike) et les éléments du Mudundu 40 opérant dans le territoire. En décembre, à l'issue de ces négociations, le RCD-Goma a nommé Patient Mwendanga au poste de Gouverneur du Sud-Kivu. Toutefois, l’aile militaire du Mudundu 40 a reçu l’appui des Mayi-Mayi de Padiri et renforcé ses positions dans le groupement de Burhale. En mars 2003, le rapprochement entre le RCD-Goma et l’aile politique de Mudundu 40 n’ayant pas permis de défaire l’aile militaire du mouvement, Patient Mwendanga a été démis de ses fonctions et l’ANC, avec l’aide de renforts des FRD, a lancé une attaque contre les éléments armés des Mudundu 40 dans le territoire de Walungu.